Sarlat est la première destination de la Dordogne, la ville accueillant chaque année deux millions de visiteurs. On y vient en famille ou entre amis, pour admirer les nombreux sites ou monuments historiques qui font la renommée de la capitale de la région historique du Périgord.Si la réputation de Sarlat est si grande, c’est et surtout parce que des efforts notables sont faits pour assurer la conservation du patrimoine ainsi que son appropriation par les habitants. C’est dans cet esprit notamment la ville s’est vu attribuer le prestigieux label « ville d’art et d’Histoire ». C’est dans ce même ordre que Sarlat figure parmi les « plus beaux détours de France ».

La plus importante concentration de monuments historiques

Sarlat possède « la plus forte densité en monuments historiques et classés en Europe », peut-on lire sur Vpah-nouvelle-aquitaine.org, le site du réseau des « villes et pays d’art et d’Histoire » de France. Le site ajoute par ailleurs : « La cité est un précieux témoignage de l’art dans [la région d’Aquitaine, ndlr], du Moyen-Âge à l’époque classique. »En se promenant dans les rues de Sarlat, on se laisse par ailleurs fasciner de la cohabitation entre les bâtiments d’antan (châteaux, manoirs, édifices religieux…) et les établissements modernes – il n’est pas rare qu’un café-bar ou un hôtel-restaurant Sarlat, entre autres, choisisse de s’implanter à quelques encablures d’un monument ou d’un site emblématique, comme la place de la Liberté ou le manoir de Gisson, entre autres.

Mais il est vrai que posséder un grand nombre d vestiges historiques ne vaudrait quasiment rien si ce patrimoine était mal conservé. Les moyens mis en œuvre pour la conservation et la valorisation du patrimoine et de l’architecture représentent donc la grande force de Sarlat. Il s’agit en fait d’un réel engagement politique, en phase avec les exigences liées au label « ville et pays d’art et d’Histoire ».

Le ministère de la culture exige notamment que les collectivités candidates à ce label prenne en compte « les enjeux que représente l’appropriation de leur architecture et de leur patrimoine par les habitants », peut-on lire sur Culture.gouv.fr, et que des moyens soient mis en œuvre « pour assurer la connaissance, la conservation, la protection et la valorisation du paysage, de l’architecture et du patrimoine ».

Dans les faits, Sarlat n’a pas attendu longtemps pour mener une politique de conservation que beaucoup envient. Cet intérêt a commencé à se manifester dès les années 1950. Le centre historique jouit, qui plus est, d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur, étant juridiquement protégé par la loi Malraux en 1964.

Jusqu’au début des années 1970, la ville entreprend une campagne de sauvegarde et de restauration, mettant ainsi en œuvre un premier plan permanent de sauvegarde, qui concerne alors un périmètre de 1.75 hectare sur les 10 hectares du secteur sauvegardé. La dynamique se poursuit dans les années 1990 puis que les différents chantiers de rénovation des espaces publics. Les travaux s’étendent désormais vers la rue principale et les entrées de la vieille ville. Le noyau historique, tout en gardant son authenticité, est revitalisé, et le commerce avec.

Sarlat répond aux critères des « plus beaux détours de France »

En allant sur le site Plusbeauxdetours.com, on a un aperçu des principales caractéristiques que les « plus beaux détours de France » sont censé afficher. Il s’agit en l’occurrence de « petites villes touristiques » qui réservent à leurs visiteurs « un hébergement et un accueil de qualité », précise le site. Puis de rajouter qu’il est important que le patrimoine soit valorisé et que ces villes affichent une identité et une tradition gastronomique.

En ce qui concerne Sarlat, cette identité se manifeste justement à travers la gastronomie locale. Dans la pratique, les spécialités régionales sont mises à l’honneur dans de nombreux restaurants, cafés ou hôtels de Sarlat. Les produits du terroir, dont les noix ou les truffes noires, sont omniprésents dans les différents marchés de la ville, à commencer par le marché couvert situé place de la Liberté.

Le site Plusbeauxdetours.com souligne également l’importance de « l’ambiance d’un marché ou d’une fête locale ». Sarlat vit chaque année au rythme de plusieurs fêtes traditionnelles dont la majorité ont un lien avec la tradition gastronomique du Périgord ou ont pour but la mise en valeur des produits du terroir. Parmi ces manifestations, on peut par exemple citer les « Journées du terroir », la « Fête de la truffe », la « Fest’oie » ou la « Fête de la noix ».

Les villages médiévaux alentour

La vallée de Dordogne regorge de villages authentiques qui valent absolument le détour, en famille ou entre amis. Nombreux sont les visiteurs qui ne résistent pas à l’envie d’arpenter les ruelles de Castelnaud-la-Chapelle, l’occasion également d’admirer le château éponyme du village. On prend aussi du temps pour sillonner les ruelles de Beynac ou de Carennac, qui figurent parmi « les plus beaux villages de France », au même titre qu’Autoire, Collonges-la-Rouge, Curemonte ou Loubressac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *