Sarlat est la destination la plus prisée en Dordogne. Cette attractivité touristique s’explique grandement par la forte concentration de monuments historiques, inscrits ou classés, dans la ville. Ces héritages de l’époque médiévale sont notamment regroupés dans un secteur sauvegardé de dix hectares. Mais ce n’est pas tant le nombre de monuments que leur conservation qui importe le plus, au fond. La ville a adopté sa première campagne de sauvegarde dès les années 1950. Les différentes mesures qui se sont succédé depuis auront alors valu à Sarlat d’être labellisé « ville d’art et d’Histoire ». Plongée dans la cité médiévale la plus connue du Périgord.

Une velléité de conservation qui ne date pas d’hier

Les premières mesures de sauvegardes sont en effet prises dès les années 1950. Les efforts se concentrent plus particulièrement sur le cœur historique de la ville, qui est d’ailleurs protégé en 1964 par la loi Malraux et pour lequel un plan de sauvegarde est élaboré. Le premier plan aura permis de réhabiliter un « premier îlot opérationnel », qui s’étend sur 1.75 hectare et correspond à « la partie la plus dense en monuments historiques », peut-on lire sur Vpah-nouvelle-aquitaine.org, le site du réseau des « villes et pays d’art et d’Histoire ».

Cette campagne de restauration se poursuit, dans les années 1990, avec une succession de projets de réhabilitation des espaces publics et des immeubles. La dynamique du plan de sauvegarde redynamise notamment le cœur historique de Sarlat et le commerce dans ce périmètre. Les bâtiments anciens, ainsi rénovés, côtoient aujourd’hui de nombreux immeubles modernes. Il n’est pas rare en effet qu’un café-bar ou un hôtel-restaurant Sarlat choisisse de s’implanter dans un périmètre proche de la partie la plus dense en monuments historiques.

La dynamique de la campagne de sauvegarde aura permis de faire de Sarlat une « ville d’art et d’Histoire ». La cité médiévale fait partie des territoires dont la richesse fait la fierté de la France à l’échelle mondiale. « Le nom de Sarlat évoque à lui seul un patrimoine architectural exceptionnel, lié à une riche Histoire depuis le Moyen-Âge », souligne-t-on fièrement sur le site Vpah-nouvelle-aquitaine.org.

L’identité sarladaise

L’authenticité est un des points communs entre Sarlat et les autres cités médiévales qui forment la vallée de Dordogne. Les ruelles tortueuses, les passages voutés, les édifices religieux ou encore les hôtels particuliers des 15ème et 16ème siècles composent le décor très médiéval de la ville. Aussi l’identité sarladaise est-elle avant tout très ancrée dans ces trésors architecturaux. Mieux encore, les habitants s’approprient le patrimoine et l’architecture de leur cité – cette appropriation par la population implique d’ailleurs un réel engagement politique (de conservation et de valorisation), comme l’exige le ministère de la culture de la part de toutes les villes qui se voient attribuer le label « ville et pays d’art et d’Histoire ».

L’identité de la cité médiévale s’affirme également à travers sa tradition gastronomique, de deux manières au moins. Les spécialités régionales sont omniprésentes dans les hôtels, les cafés ou les restaurants de la ville, et en particulier dans le noyau historique. Ces établissements sont nombreux à utiliser comme principal argument de vente le fait de servir des « plats à base de produits locaux frais ». Par ailleurs, les produits du terroir sont mis à l’honneur dans différentes manifestations culturelles. Les « Journées du terroir » figurent parmi ces événements qui rythment la vie de la cité, mais aussi les « Journées du goût et de la gastronomie », la « Fête de la Truffe » ou encore la « Fête de la noix ».

La qualité de l’accueil et de l’hébergement, la valorisation du patrimoine, une identité qui s’affirment, entre autres, à travers la gastronomie et les événements culturels, sont autant d’atouts appréciables qui justifient que Sarlat figurent parmi « les plus beaux détours de France ».

Les villages autour de Sarlat

Sarlat est la capitale du Périgord Noir mais surtout un point de départ pour découvrir la région. Castelnaud-la-Chapelle, avec le château du même nom, figure notamment parmi les villages pour lesquels les visiteurs prennent le temps d’admirer. Nombreux aussi sont ceux qui tombent sous le charme de Beynac, d’Autoire, de Carennac, de Curemonte, de Loubressac ou de Collonges-la-Rouge, qui font partie des « plus beaux villages de France ».

Plus largement, le séjour est l’occasion parfaite pour découvrir les nombreux sites dans la vallée de Dordogne. Les édifices religieux attirent de nombreux visiteurs, de même que les châteaux, comme ceux des Milandes, de Castelnaud, de Puymartin, de Marqueyssac, de Campagnac-l’Evêque, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *